wp1f64627c.png
wpa0baa23e.gif
wpe9143178.png
wpedab4848.png
wp1e2da4b2.png
wp0145feba.png
wpae956abf.png

BEWEGING EX-MOSLIMS VAN BELGIË - MOUVEMENT DES EX-MUSULMANS DE BELGIQUE

La plupart des gens associent les versets sataniques au célèbre roman de Salman Rushdie. En 1989, l'ayatollah Khomeiny, en Iran, a déclaré une fatwa, une directive religieuse, lançant un appel à tous les musulmans d'exécuter Rushdie, coupable d'avoir écrit cet ouvrage. Cette condamnation à mort a été de nouveau confirmée par les leaders iraniens, bien que personne n'ait jusqu'à présent réussi à la mettre en pratique.

Bien que le livre de Salman Rushdie soit une fiction, il n'a pas inventé lui-même le concept de "versets sataniques". Le terme vient d'un incident, relaté par la tradition islamique, qui fait référence à la Sourate 53, L'étoile, dans lequel Satan, et non Allah, a parlé par la bouche de Mahomet. Les versets que le diable a donnés au prophète de l'Islam ont ensuite été qualifiés de "sataniques".

Cet incident, qui eut lieu tandis que Mahomet vivait à la Mecque, suscita une grande tension entre les premiers musulmans, y compris lui-même, et les polythéistes de la Mecque. A l'époque, Mahomet commençait à comprendre avec frustration qu'il ne parviendrait pas à convaincre les polythéistes d'accepter l'Islam, la nouvelle religion qu'il prêchait.

Dans sa "Biographie de Mahomet" (en pages 165 à 167, que la table des matières décrit comme "ses concessions temporaires au polythéisme"), Ibn Ishaq écrit : "Le prophète était soucieux du bien-être de ces gens (les païens Quraysh) et recherchait une façon de les attirer". Finalement, ce sont les dirigeants Quraysh qui vinrent à lui avec une proposition. Ils lui offrirent des femmes et de l'argent, et étaient même prêts à le couronner roi, si en contrepartie, il acceptait leurs conditions. "C'est ce que nous te demandons, Mahomet: cesse d'insulter nos divinités et ne dit pas du mal d'elles. Si tu es d'accord, nous te proposons une possibilité qui sera à ton avantage et au nôtre."

"Quelle est-elle?", demanda Mahomet.

"Tu honoreras nos divinités, al-Lat et al-'Uzza, pendant un an, et nous ferons de même avec ton Dieu l'année suivante."

Après avoir initialement rejeté cette offre, Mahomet eut une révélation, disant que les musulmans étaient autorisés à vénérer al-Lat, al-Uzza et Manat, les trois divinités préférées des Quraysh, comme médiatrices auprès d'Allah. Les Quraysh furent enchantés et s’agenouillèrent avec Mahomet et les musulmans devant Allah, après que Mahomet leur ait récité sa nouvelle révélation. Ibn Ishaq relate:

"Alors les gens s'en sont allés et les Quraysh sont partis, stupéfaits de ce qu'il avait été dit sur leurs divinités, déclarant : "Mahomet a parlé de nos dieux d'une remarquable façon. Il a prétendu qu'ils étaient le Gharaniq sublime et leur intercession a été approuvée."

Les Gharaniq étaient des grues cendrées volant à haute altitude. Mahomet estimait qu'elles étaient très proches du trône d'Allah et que les musulmans étaient autorisés à vénérer al-Lat, al-Uzza et Manat comme entremetteuses auprès d'Allah.

La nouvelle se répandit rapidement auprès des musulmans. "Les Quraysh ont accepté l'Islam". La paix semblant proche, certains musulmans, qui s'étaient enfuis en Abyssinie parce qu'ils craignaient pour leur vie et leur sécurité, rentrèrent au pays. Mais un acteur important du drame était très mécontent : l'Archange Gabriel, celui dont les apparitions à Mahomet lui permirent de fonder sa nouvelle religion. Il se présenta à Mahomet et dit : "Qu'as-tu fait Mahomet? Tu as dit à ces gens quelque chose que je ne t'ai pas transmis de Dieu et tu leur as dit quelque chose que Dieu ne peut pas dire."

Mahomet se rendit compte à quel point il venait de compromettre son message monothéiste. "J'ai fait des choses contre Dieu et lui ai attribué des mots qu'il ne m'a pas dit". Il était pris d'une grande crainte et profondément affligé pour Allah, parce qu'il avait autorisé le diable à falsifier son message. Mais Allah le rassura :

22.52. Nous n'avons envoyé, avant toi, ni Messager ni prophète qui n'ait récité. (ce qui lui a été révélé) sans que le Diable n'ait essayé d'intervenir [pour semer le doute dans le cœur des gens au sujet] de sa récitation. Allah abroge ce que le Diable suggère, et Allah renforce Ses versets.

Selon Ibn Ishaq, "Allah ôta les soucis de son prophète et le débarrassa de cette crainte". Il lui envoya en outre une nouvelle révélation, aux versets 19-23 de la Sourate 53, pour supprimer les paroles que lui avait insufflées Satan à propos d'al-Lat, al-Uzza et Manat.

Comme on pouvait s'y attendre, Mahomet provoqua une nouvelle fois de très fortes tensions chez les Quraysh. Ibn Ishaq se souvient que les polythéistes utilisèrent cet événement contre lui :

"Lorsque vint l'annulation de ce que Satan avait placé dans la bouche du prophète, les Quraysh dirent : "Mahomet était consterné de ce qu'il déclara sur la position de nos dieux envers Allah ; il révisa ses dires et déclara quelque chose d'autre." Alors, les mots que Satan avait placés sur la langue de son Envoyé se retrouvèrent dans la bouche de chaque polythéiste, qui se montrèrent de plus en plus hostiles envers les musulmans et les disciples de l'Apôtre."

Aux yeux des polythéistes, Mahomet avait confirmé par ce volte-face qu'il répétait constamment les paroles de Satan en priant al-Lat, al-Uzza et Manat. Inutile de dire ce qui pourrait se passer si un non-musulman se rendait aujourd'hui à La Mecque en déclarant aux musulmans que le Coran reprend les paroles du diable. Les Quraysh étaient cependant un peuple tolérant, Mahomet s'en sorti indemne.

Cet incident des versets sataniques a naturellement suscité un énorme sentiment d'humilité chez les musulmans. En effet, il ébranle l'authenticité de l'affirmation selon laquelle Mahomet serait un prophète. Car si le diable a pu placer des paroles dans la bouche de Mahomet, ne fut-ce qu'une seule fois, et lui faire croire que celles-ci étaient des révélations d'Allah, il est parfaitement imaginable qu'il ait réitéré la même opération à plusieurs reprises.

Par conséquent, les érudits islamiques, défenseurs de l'Islam et les historiens ont très durement attaqué les versets sataniques. Dans sa 'Life of Muhammad', Muhammad Hussain Haykal a déclaré que cet événement n'avait jamais eu lieu et qu’il n'aurait d'ailleurs jamais pu avoir lieu, étant donné que Mahomet était un prophète : "Cette histoire a attiré l'attention des Arabes vivant en Occident, qui la prirent pour authentique et la répétèrent jusqu'à l'ennui. C'est une histoire dont l'incohérence, après un examen attentif, devient très claire. Elle dément l'infaillibilité de tout prophète qui relate le message de son seigneur". Il est même surpris que certains érudits musulmans le considèrent comme authentique.

Il faut dire que la base de ce récit est très forte dans les sources traditionnelles. Ce qu'a déclaré Ibn Ishaq est confirmé par une autre tradition crédible, le Hadith de Bukhari, Volume 6, Livre 60, Numéro 385:

"Relatés par Ibn Abbas: le prophète se prosterna après avoir récité la Surat-an-Najm (Sourate 53, L'Étoile), et tous les musulmans, et les païens et les Jinns et les êtres humains se prosternèrent avec lui."

Si Ibn Ishaq n'est pas considéré comme une source fiable à 100 %, toutes les traditions relatées par Bokhari le sont par contre par la majorité des érudits musulmans.

Il est difficile de comprendre comment ou pourquoi une telle histoire aurait été inventée et acceptée comme authentique, par des musulmans dévots comme Ibn Ishaq, Ibn Sa'd et Tabari, ainsi que par un commentateur ultérieur du Coran, Zamakhshari (1074-1143), qui ne l'aurait sans doute jamais relatée s'il ne faisait pas confiance aux sources comme étant authentiques.

Ceux qui veulent faire l'impasse sur les versets sataniques doivent pourtant admettre que ces événements de la vie de Mahomet n'ont pas été inventés par ses ennemis, mais ont été rapportés par des personnes qui croyaient réellement qu'il était le prophète d'Allah.

Quant au livre de Salman Rushdie, c'est une fiction, certes, mais en suggérant que ces versets sataniques existent, il a clairement touché la corde sensible de la communauté musulmane, qui refuse de le savoir et de le reconnaître.


Les versets sataniques

ETUDE DE L’ISLAM