wp1f64627c.png
wpa0baa23e.gif
wpe9143178.png
wpedab4848.png
wp1e2da4b2.png
wp0145feba.png
wpae956abf.png

BEWEGING EX-MOSLIMS VAN BELGIË - MOUVEMENT DES EX-MUSULMANS DE BELGIQUE


TÉMOIGNAGES DES APOSTATS

Apostat marocain de la deuxième génération (30 Mars 2013)

 

De la deuxième génération d'origine marocaine, j'ai grandi avec la pratique de l'Islam. Les cours de religion musulmane n'existaient pas à mon époque. Les "musulmans" qui sont arrivés n'avaient pas de discours radicaux. Le plus merveilleux était l'ouverture entre les différentes personnes. Les filles et garçons avaient tous une tenue vestimentaire quasiment identique (pas de voile).

Les cours de religion musulmane sont arrivés bien plus tard. J'ai pu y assister dès l'âge de 12 ans. Le professeur de religion me paraissait très stricte. Il ne tolérait pas par exemple qu'un garçon s'assoit à côté d'une fille dans sa classe, que nous parlions avec les filles (par contre entre garçons et filles il n’y avait aucun problème). Il trouvait aussi très important d'apprendre l'Arabe. Le pire est que nous passions beaucoup de temps à retenir des versets dont nous ne comprenions pas le sens.

Je me rappelle un jour, une camarade de classe a eu remis en doute la méthode d'apprentissage de ces cours de religion. Le professeur s'est énervé et avec un regard tellement haineux envers ma camarade que je m'en rappelle encore aujourd'hui. Plus tard, j'ai appris que notre professeur de religion avait contacté les parents de l'élève. Après cela, ma camarade de classe avait complètement changé. Elle ne réagissait même plus au rabaissement systématique de ce professeur de cours musulman. Elle fut également la première à porter le voile. Elle était soumise.

Mes sœurs et frères, comme moi-même, nous nous plaignions régulièrement. Fort heureusement, mes parents cédèrent et nous inscrivirent aux cours de morale. Ce fut vraiment un grand et heureux changement.

La présence de l'Islam dans le quartier, avec mes camarades de la deuxième génération, ont pris au fur à mesure plus de place et le discours devenait très intolérant. Des discours radicaux, haineux envers les non pratiquants et les recommandations pour devenir un "bon" musulman prirent de plus en plus d'influence.

L'apparition des cours de religion musulmane dans les écoles ont eu comme conséquence que de plus en plus de jeunes filles portaient le voile. Il m'est arrivé plusieurs fois d'être témoin d'insulte quasiment publique envers les filles qui ne portaient pas le voile. Mes sœurs furent également pris en partie par ces "bons" musulmans. A l’école, il avait une pression sur les jeunes pour jeûner pendant le ramadan. Le Ramadan était toujours la période où les discours plus haineux prédominaient.

La présence croissante de militants islamiques dans certains quartiers de Bruxelles ont complètement changé mon point de vue car, malheureusement, leur propos furent exacts. Ces incitations à la haine envers les non-musulmans et les différents châtiments
spécifiquement réservés aux plus faibles (femmes, enfants, ...) sont complètement d'un autre âge. Vers mes 18 ans, j'ai été plusieurs fois approché par ce que j'appelle des "radicaux": des personnes qui prêchaient le combat sous toutes les formes au nom d'Allah et qui voulaient également un retour vers ce qu'ils appellent le vrai Islam (application stricte du Coran et de la charia). Ces islamistes recrutaient des jeunes pour aller combattre dans des pays musulmans.

C'était aussi l'époque des tristes événements du 11 septembre que les desseins de l'Islam m'ont définitivement repoussé de la religion musulmane. Je pensais que ces radicaux étaient des fous, sans réelles intention de nuire et ce qu'ils disaient n'était pas la religion musulmane.

Ayant grandi comme musulman, il m'a toujours semblé que l’Islam était une bonne religion. C'est par après que j'ai compris qu'il ne fallait jamais mettre en doute les dires de cette religion sous peine d'être sévèrement puni (voir la mort). Un autre point est la place du musulman voulant quitter cette religion est mort (certainement si il ou elle le fait publiquement). Il y a bien d'autres points qui sont en discordance avec l'esprit humanitaire.

 

L'Islam dans ces textes originels me paraît assez divergeant sans dire contraignantes sur tous les points de la vie (certaines de
ceux-ci sont bonnes). Le Coran autorise voir encourage des actes de violences envers les non musulmans. D'autres éléments comme le traitement des femmes, les peines de mort contre les ex-musulmans, ... m'ont définitivement convaincu de quitter l'Islam pour devenir un apostat.

 

Depuis le jour que j’ai quitté l’Islam, je vie dans la paix. Mon point de vue est que l'Islam n'est pas une religion d'ouverture. L'histoire a montré l'échec du modèle "islamique". Les pays musulmans seront certainement plus heureux dans un environnement dans laquelle la religion ne prenne pas toutes les places. Il serait temps que les femmes et hommes du monde musulman puissent aussi avoir l'opportunité de quitter cette religion.