wp1f64627c.png
wpa0baa23e.gif
wpe9143178.png
wpedab4848.png
wp1e2da4b2.png
wp0145feba.png
wpae956abf.png

BEWEGING EX-MOSLIMS VAN BELGIË - MOUVEMENT DES EX-MUSULMANS DE BELGIQUE

Voici comment l'école Chafii, l'une des quatre grandes écoles de l'Islam sunnite, considère le Djihad. Ses doctrines sont suivies par environ 28 % des musulmans dans le monde ainsi que par les autorités religieuses des pays suivants : Égypte, Somalie, Yémen, Arabie Saoudite, Indonésie, Thaïlande, Singapour, Philippines, Vietnam, Cambodge, les Maldives, Sri Lanka, plusieurs États d'Inde, Mauritanie, Éthiopie, Israël, Territoires Palestiniens, Syrie et la majeure partie du Liban. C'est également l'école officielle suivie par les gouvernements de Brunei, de la Malaisie et de l’Indonésie.

Dans la plupart des pays précités, une partie de la législation est basée sur la charia et les receuils de lois Chafii. Ces derniers sont donc à prendre très au sérieux, et non comme des documents historiques ne méritant guère d'attention. Ils sont le résultat d'un consensus d'un grand nombre d'érudits et non pas de quelques individus qui en Occident, adaptent leurs discours à ce que l'on peut raisonnablement accepter.
Dans son livre “Reliance of the Traveller” l’école Chafii affirme :

o9.0 Djihad
Djihad signifie "guerre contre les non-musulmans", son étymologie provient du mot mujahada, ce qui signifie faire la guerre pour établir la religion. C'est le petit Djihad. En ce qui concerne le grand Djihad, c'est un combat intérieur avec soi-même, son ego (nafs) ; c'est pourquoi le prophète déclara, lorsqu'il revint du Djihad :





"Nous sommes de retour du petit au grand Djihad."













Notre Commentaire



Ces gens ne tournent guère autour du pot. La phrase inaugurale ne parle pas de ce que les musulmans et les "non-musulmans politiquement corrects" veulent laisser croire, en l'occurrence que le Djihad soit essentiellement un combat spirituel intérieur destiné à se perfectionner soi-même, et non de la violence, sinon dans des cas extrêmes et uniquement en cas d'autodéfense après une agression.

Non, selon ce groupe d'érudits, le Djihad est une lutte agressive destinée à installer l'Islam en système, à "établir la religion", ce qui revient pratiquement à introduire la charia ou la loi islamique.

Le livre "Reliance of the Traveller" signale aussi brièvement qu'il existe un Djihad spirituel. Ce dernier se base toutefois sur une tradition, un Hadith peu fiable, alors il n’est pas tellement important dans la théologie islamique. D'ailleurs, on n’y accorde aucune attention dans tout le reste du chapitre sur le Djihad.

Autre élément de preuve : dans les nations islamiques, Djihad signifie "guerre" en langage courant, de nature offensive ou défensive. Les musulmans de l'Occident ne peuvent évidemment parler ainsi, c'est pourquoi que leurs textes soulignent et insistent sur la nature spirituelle du Djihad. Ces textes sont diffusés et répétés jusqu'à conviction de la signification spirituelle du Djihad.

Pour autant que nous le sachions, il n'existe dans le monde aucun groupement qui s'appelle "Djihad islamique" et se consacre uniquement à une oeuvre éducative et caritative, plutôt qu'à la lutte armée. Au contraire, les groupements qui se nomment "Djihad islamiques" sont très souvent ceux des militants les plus radicaux.
Dans son livre "Reliance of the Traveller", l'école Shafi'ite affirme :

LE CARACTÈRE OBLIGATOIRE DU DJIHAD

o9.1 Le Djihad est une obligation communautaire. S'il y a suffisamment de gens pour le mener à bien, ce n'est plus une obligation d'autrui (la preuve en est donnée par la citation du Prophète :

"Celui qui fournit l'équipement d'un soldat pour le Djihad, a lui-même pratiqué le Djihad."




Et Allah le Très Haut déclara :

4.95. Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux - sauf ceux qui ont quelques infirmité - et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d'Allah. Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d'excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense; et Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense;

Si aucune des personnes concernées n'a exécuté le Djihad, et que celui-ci n'eut pas lieu alors qu'il était possible, chaque personne consciente que c'est une obligation est coupable de péché. À l'époque du prophète, après son émigration vers Médine, le Djihad était une obligation communautaire. A une époque ultérieure, il existe deux possibilités de mener le Djihad contre les non-musulmans.

La première est lorsque les non-musulmans demeurent dans leur propre pays ; dans ce cas, le Djihad est une obligation communautaire, comme l'affirme l'auteur: "Le Djihad est une obligation communautaire" destinée aux musulmans chaque année.






La seconde possibilité est lorsque les non-musulmans attaquent un pays musulman ou voisin ; dans ce cas, le Djihad est une obligation individuelle des habitants de ce pays, pour refouler les non-musulmans avec tous les moyens disponibles.

o9.2 Le Djihad est une obligation personnelle pour quiconque "est en présence de la ligne de front" (A: et la désertion est un délit grave) (O: à condition que l'on ait la possibilité de combattre). Quitter la ligne de front n'est autorisé que si combattre est impossible, pour cause de maladie, de la mort de l'animal utilisé pour les déplacements, en l'absence d'arme ou si l'on est dans l'impossibilité de combattre à pied. C'est également le cas lorsque l'armée de non-musulmans est deux fois supérieure en nombre à celle de l'armée musulmane.
Notre commentaire









Cette phrase est importante pour les musulmans vivants en Belgique. Il existe donc une alternative à mener soi-même la lutte armée : il s'agit de prodiguer un appui logistique ou financier aux groupements qui s'efforcent de défendre ou d'étendre le territoire musulman dans le monde.

À l'instar d'une musulmane qui se fait bien voir d'Allah lorsqu'elle porte le voile, tous les musulmans plaisent à Allah lorsqu'ils pratiquent le Djihad ou le soutiennent d'une façon ou d'une autre. Ira-t-on jusqu'à reconnaître le Djihad comme étant une noble oeuvre religieuse et autoriser la déductibilité fiscale des dons et versements en faveur de ces organisations? Ne serait-ce pas un geste de bonne volonté à la communauté islamique belge, de façon à ce que les musulmans se sentent enfin bien accueillis dans notre pays?




Comme tout le monde le sait, la Belgique garantit une assez grande liberté religieuse. Mais peut-on autoriser au nom de la liberté religieuse que des mouvements s'inscrivant dans la lignée du Djihad islamique, comme le Hamas, Islamic Djihad, Al-Qaeda, les Talibans, Jama'a Islamia etc., soient soutenus financièrement par des musulmans belges? Les musulmans qui suivent l'école Shafi'ite peuvent-ils prendre chaque année un mois de congé sans solde pour pouvoir, comme le préconise cette école, pratiquer le Djihad qui est "un devoir communautaire", "destiné aux musulmans chaque année"?

Le premier cas du Djihad consiste donc à attaquer les non-musulmans – qui, eux, n'ont rien fait ni demandé. C'est donc une attaque agressive visant à répandre l'Islam partout, comme le prescrivent les versets du Coran 2.193 et 8.39.

Le second cas du Djihad est lorsqu'un pays musulman est attaqué et doit logiquement se défendre. C'est le cas du Djihad défensif, dont on parle le plus souvent lors de débats portant sur le concept de Djihad. C'en est également l’un des aspects.



Dans son livre "Reliance of the Traveller", l'école Shafi'ite affirme :

QUI EST OBLIGÉ DE COMBATTRE DANS LE DJIHAD?

o9.4 Parmi les appelés (O: à pratiquer le Djihad comme un devoir communautaire), tout homme sain qui a atteint la puberté et est sain d'esprit.

o9.5 Les personnes suivantes ne combattent pas dans le Djihad :

1) une personne ayant des dettes, sauf si ses créanciers l'y autorisent ;
2) ou quelqu'un n'ayant qu'un seul parent musulman, sauf s'il l'y autorise.

Si les musulmans sont entourés par l'ennemi, ils peuvent combattre sans autorisation.

o9.6 Il est offensant de mener une expédition militaire contre des ennemis non-musulmans sans autorisation du calife (A: bien qu'aucune autorisation ne soit nécessaire s'il n'y a pas de calife (def: o25))


o9.7 Les musulmans ne doivent pas rechercher l'aide d'alliés non-musulmans, sauf si les musulmans sont en minorité et que les alliés leur sont bienveillants.





Dans son livre "Reliance of the Traveller", l'école Shafi'ite affirme :

LES OBJECTIFS DU DJIHAD

o9.8 Le calife lutte contre les juifs, les chrétiens et les zoroastres (N: à condition qu'il les a d'abord invités à se convertir à la foi de l'Islam, et en cas de refus, à les inciter à respecter l'ordre social de l'Islam en versant l'impôt réservé aux non-musulmans (jizya def : o11.4) - geste symbolique, et non pas l'argent proprement dit - pendant qu'ils peuvent continuer à poursuivre dans leur foi) (O: et la guerre se poursuit) jusqu'à ce qu'ils deviennent musulmans ou versent l'impôt des non-musulmans (O: conformément à la parole d'Allah le Très Haut).














"Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés. " (Coran 9:29)

Jusqu'au temps et lieu de la résurrection définitive de Jésus (que la paix soit sur lui), seul l'Islam sera accepté, car l'acceptation des impôts aura uniquement lieu jusqu'à ce que Jésus redescende, c'est la loi divine révélée de Mahomet, (que la paix soit sur lui) comme l'a dit le Prophète:

"Je suis le dernier, aucun prophète ne viendra après moi."
Cela ne contredit pas le retour de Jésus, car il n'agira pas selon l'Évangile, mais comme suiveur de notre prophète.


o9.9 Le calife combat les autres peuples jusqu'à ce qu'ils deviennent musulmans (O: parce qu'ils ne sont ni des Gens du livre, ni honorés comme tels, et qu'on ne leur permet pas de payer les impôts (jizya)) (n : alors que selon l'école Hanafi, les peuples des autres religions, même les idolâtres, peuvent vivre sous la protection de l'État islamique si, soit ils se convertissent à l'Islam, soit versent l'impôt (la jizya)). Seule exception : les apostats à l'Islam et les idolâtres d'origine arabe, qui n'ont d'autre choix que de devenir musulmans). (al-Hidaya sharh Bidaya al mubtadï (y21), 6.48-49)).
Notre commentaire




Il existe deux catégories de non-musulmans. Les premiers sont les juifs, chrétiens et zoroastres (l'ancienne religion perse). Avant d'être attaqués par les musulmans, ils sont "invités" à se convertir à l'Islam. Ils n'ont alors que trois possibilités :

- Soit ils deviennent musulmans, leur pays est absorbé dans l’empire islamique et ils sont égaux à tous les autres musulmans ;

- Soit ils conservent leur foi, à condition de s'acquitter de l'impôt spécial (jizya) pour les non-musulmans. Leur pays est absorbé dans le royaume islamique, ils sont soumis à la loi islamique qui prévoit une discrimination, entre autres dans le cas de mariage mixte ou de conflit avec des musulmans. Si aucun musulman n'est impliqué, ils continuent cependant à appliquer leur propre législation et jurisprudence dans le domaine du droit familial.

S'ils rejettent chacune de ces deux options, ils doivent s'attendre à la poursuite de la guerre jusqu'à leur mort ou l'acceptation d'une des deux premières options.

Cette règle est basée principalement sur le verset 9.29 mentionné ici. Un non-musulman qui a l'audace de citer ce verset pour montrer l'agressivité de l'Islam envers les non-musulmans est systématiquement qualifié d'islamophobe, argumentant que ce verset est sorti de son contexte. Or tous les érudits islamiques sont d'accord pour déclarer qu'il est bien conforme (comme il est décrit dans d'autres sources islamiques) à celui mentionné sous le point o9.8.







La seconde catégorie de non-musulmans englobe toutes les autres personnes n'étant pas de religion juive, chrétienne ou zoroastre. Elles n'ont d'autre choix que d'adopter la foi musulmane ou de mourir. Cette règle est basée sur le verset suivant :

9.5. Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.
Dans son livre "Reliance of the Traveller", l'école Shafi'ite affirme :

LES RÈGLES DE LA GUERRE

o9.10 Il est interdit (A: dans le Djihad) de tuer des femmes et des enfants, sauf s'ils combattent contre des musulmans. Il est également interdit de tuer des animaux, sauf s'ils sont montés durant une bataille contre des musulmans ou si cela permet d'écraser l'ennemi. Tuer des hommes âgés (O: c'est-à-dire de plus de 40 ans) et des moines est autorisé.

o9.11 Il est interdit (dans le Djihad) de tuer des non-musulmans qui bénéficient de la protection de musulmans (O: à condition que leur nombre soit limité et que les musulmans qui les protègent ne nuisent pas ni ne soient des espions), à condition que le musulman qui assure leur protection ait atteint la puberté, soit sain d'esprit et le fasse de façon volontaire (O: qu'il ne soit ni prisonnier, ni espion).

o9.12 Quiconque se convertit à l'Islam avant d'être capturé ne peut être tué, ni ses jeunes enfants capturés, ni ses biens confisqués.


o9.13 Si des enfants ou des femmes sont capturés, ils deviennent automatiquement des esclaves et le mariage éventuel de la femme est automatiquement annulé.












Notre commentaire




Les femmes et les enfants ne peuvent être tués, sauf… s'ils combattent des musulmans. Or prodiguer de l'aide ou encourager les hommes durant la bataille, voire critiquer l'Islam, est aussi considéré comme combattre!











La solution classique est toujours la même : "se convertir ou mourir". Cela illustre une fois encore les inextricables liens existant au sein de l'Islam entre foi, politique, guerre et loyauté à un groupe.

Ailleurs dans le livre "Reliance of the Traveller", il est écrit que l'on ne reviendra pas sur les règles édictées par l'Islam relatives à l'esclavage, étant donné que l'esclavage est aboli partout. Mais nous tenons à souligner que l'Islam n'a PAS officiellement aboli l'esclavage, que les règles relatives à l'esclavage sont toujours connues et sont même prêtes à être appliquées de nouveau à l'avenir. Mahomet a lui-même abaissé des gens au rang d'esclaves, alors qu'il en encourageait la libération comme étant un acte bon et généreux. Un peu comme le principe du voleur qui reçoit une décoration parce qu'il a rendu à la banque un peu d'argent qu'il lui avait cambriolé auparavant.

L'une des règles relatives à la pratique de l’esclavage est l'annulation automatique d'un précédent mariage d'une femme capturée. Dans les faits, les femmes prisonnières durant le Djihad étaient utilisées par les guerriers comme esclaves du sexe, moyennant le respect de règles établies. Cette pratique est également autorisée par le verset suivant du Coran :

4.24. et interdit pour vous [pour avoir des rapports sexuels] sont les femmes mariées, sauf ce que votre main droite possède.

“Ce que votre main droite possède signifie ici les femmes esclaves. Le contexte de ce verset est illustré par un Hadith fiable rapporté par Muslim, Livre 008, Numéro 3432 :

Abu Sa'id al-Khudri a rapporté que dans la lutte d'Hanain, le messager d'Allah avait envoyé une armée vers Autas, qu'elle rencontra l'ennemi et le combattit. Après l'avoir maîtrisé et fait des prisonniers, les compagnons du messager d'Allah étaient réticents à avoir des relations sexuelles avec les femmes captives, parce que leurs époux étaient polythéistes. Alors Allah envoya une révélation à cet égard : "Et parmi les femmes, les dames (qui ont un mari), sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété (Coran 4.24)". Cela signifie qu'elles leur sont offertes, après avoir terminé leur période 'Idda, [lorsqu'il est donc certain qu'elles ne sont pas enceintes].

Les guerriers du Djihad ont donc été encouragés par Allah à entretenir des relations sexuelles avec les prisonnières, ce que l'on qualifierait aujourd'hui tout simplement de viol. Pour en savoir plus, clicquez ici.
Dans son livre "Reliance of the Traveller", l'école Shafi'ite affirme :

TRAITÉS DE PAIX

o9.16 (O : L'auteur de "Reliance of the Traveller" ne mentionne rien à propos des traités de paix. Dans la loi sacrée, un traité de paix avec les ennemis de l'Islam signifie une interruption des hostilités pour une période déterminée, soit contre paiement, soit pour une autre raison. Les versets suivants du Coran le justifient :

(1) Désaveu de la part d'Allah et de Son messager (Coran 9.1);

(2) Et s'ils inclinent à la paix, incline vers celle-ci (toi aussi) (Coran 8:61);










A l'instar du traité de paix que le prophète Mahomet a conclu avec les Quraysh à Hudaybiya, tel que décrit par Bukhari et Muslim.

Les traités de paix sont autorisés mais non obligatoires. La seule personne habilitée à les conclure est un chef musulman d'une région déterminée (où son représentant) avec un représentant des non-musulmans de la région, ou le calife (ou son représentant). Seul le calife (ou son représentant) peut décider d'un traité établi avec tous ou une partie des non-musulmans, en particulier en Inde ou en Asie Mineure. C'est une question d'une haute importance, car cela détermine le succès du Djihad, au niveau local ou global, et nos intérêts doivent certainement être pris en compte. C'est pourquoi il est préférable de laisser en toute circonstance la décision au calife, ou quelqu'un qui le représente, apte à garantir les intérêts des divers territoires.

Dans la conclusion d'un traité de paix, il faut viser un but supérieur à celui du simple maintien d'un status quo. Allah le Très Haut a dit :

47.35. Ne faiblissez donc pas et n'appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus forts, qu'Allah et avec vous, et qu'Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos oeuvres.


Les intérêts qui justifient un traité de paix sont : l'affaiblissement des musulmans suite à des carences en hommes ou en matériel et l'espoir que l'adversaire se convertisse à l'Islam. Le prophète Mahomet a conclu un traité de paix de quatre mois avec Safwan ibn Umayya dans l'espoir qu'il se convertisse et adhère à l'Islam avant l'échéance. Si les musulmans sont faibles, un traité de paix peut être conclu pour une durée de 10 ans, car le prophète Mahomet en a conclu un avec Quraysh pour un laps de temps identique, comme l'a rapporté Abu Dawood. Dépasser cette durée est interdit, chaque nouveau traité conclu n'excédera pas 10 ans.

Les règles d'un traité sont distinctes de celles des impôts pour les non-musulmans, en ce sens que si un traité valide est conclu, les non-musulmans sont protégés jusqu'à son échéance.

Notre commentaire




Dans l'Islam, un traité de paix ne vise à assurer une paix durable, comme nous l'entendons généralement de nos jours. Non, cela signifie simplement l'interruption des hostilités, afin de se renforcer et de se préparer à la phase suivante du conflit.






Le verset 8.61 mentionné ici est l'un de ceux que l'on extrait généralement de son contexte. Ce "contexte" a été décrit par Ibn Ishaq dans sa Biographie de Mahomet, en page 326 : "Et alors il déclara [Allah] : "Et s'ils vous incitent à la paix, incitez-la vous aussi…" Cela signifie que lorsqu'ils vous demandent la paix sur la base de l'Islam, vous pouvez conclure la paix sur cette base.

La paix dans l'Islam est donc possible à condition d'accepter l'autorité de l'État islamique, et non pour espérer vivre et cohabiter en tant qu'êtres égaux.

Le traité de paix conclu par Mahomet pour 10 ans a été rompu lorsqu'il se sentait suffisamment fort pour engager la lutte finale contre Quraysh à la Mecque.

Début 2008, le Hamas a également proposé à Israël un traité de paix de 10 ans, non dans le but de reconnaître enfin l'État d'Israël comme tel, mais bien pour se réarmer et se préparer à la phase suivante de la guerre. Le traité d'Hudaybiya avait d'ailleurs été rédigé de telle sorte que chacune des deux parties pouvait aisément trouver des arguments pour accuser la partie adverse d'une rupture de contrat.

En Belgique, presque personne ne saisit que le Hamas prend Mahomet comme exemple, car personne ne se demande pourquoi un traité de paix doit être conclu pour 10 ans (??).




Le but supérieur consiste naturellement à diffuser l'Islam et à soumettre chacun à l'autorité islamique.







Vous vaincrez car vous travaillez pour Allah ; par conséquent, ne demandez pas la paix car vos adversaires, s'ils vous sont supérieurs, vous infligeront de mauvais traitements, déclare le verset suivant du Coran :

60.2. S'ils vous dominent, ils seront des ennemis pour vous et étendront en mal leurs mains et leurs langues vers vous; et ils aimeraient que vous deveniez mécréants.

Un traité de paix est donc considéré comme une manoeuvre tactique, non comme un moyen d'atteindre une paix durable avec des gens égaux.  

Djihad : le Djihad selon l'école Chafi'ite
Selon les érudits islamiques, la base coranique pour le Djihad provient de quelques versets du Coran, parmi lesquels :

1) 2:216 : Le combat vous a été prescrit

2) 4.89 : Saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez;

3) 9.36 : Combattez les associateurs sans exception







































Le Hadith mentionné ici est une confirmation de la nature agressive de la mission de Mahomet. Peut-on imaginer que quelqu'un dise devoir combattre les musulmans sans répit jusqu'à ce qu'ils admettent que Jésus est le fils de Dieu? Après cela, les musulmans s'étonnent que l'Islam fasse peur et qualifient leurs concitoyens d'islamophobes!

Le Hadith précité est tout simplement une déclaration de guerre à l'ensemble des non-musulmans. Il n'a rien de "défensif". Plusieurs Hadith affirment la même chose : Bukhari 1.2.24 , Muslim 1.29, 1.30, 1.31, 1.32 et 1.33.







Les expéditions militaires eurent lieu dans les 10 dernières années de la vie de Mahomet, lorsqu'il résidait à Médine. Il aurait participé lui-même à 27 expéditions armées et envoya des troupes combattre à 47 reprises, soit 74 batailles en l'espace de 10 ans. C'est en moyenne plus d'une tous les deux mois. L'objectivité nous oblige à reconnaître que certaines expéditions n'étaient pas des guerres entre groupes armés, mais des missions (menées avec plus ou moins de succès) destinées à éliminer certains détracteurs. On pourrait parler aujourd'hui d'exécutions extra-judiciaires.

Il en existe plusieurs exemples bien documentés, à propos de Ka'b bin Al-Ashraf, Asma bint Marwan, Abu Afak...

Voyez également notre page "J'ai vaincu par la terreur". Le moins que l'on puisse dire, c'est que Mahomet n'a pu convaincre les populations de façon pacifique ni prêcher l'absence de violence.

Pendant que l’évangile selon Saint-Mathieu déclare en 5.44:

Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent,

Le Coran, lui, incite ses fidèles à combattre ses ennemis et à les tuer. C'est le cas dans le verset suivant, comme dans des dizaines d'autres :

9.111: Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d'Allah : ils tuent, et ils se font tuer. C'est une promesse authentique qu'Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l'évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu'Allah à son engagement? Réjouissez-vous donc de l'échange que vous avez fait : Et c'est là le très grand succès.

Selon les biographes de Mahomet, la plupart de ses batailles n'étaient pas défensives, mais offensives, et souvent contre des civils sans défense. Aucune agression de ce genre n'est rapportée de Jésus, Bouddha ou Gandhi.
Et les Hadith collectées par Bukhari et Muslim dans lesquelles le Prophète (que la paix soit sur lui) déclara :

"J'ai été commandé de combattre les gens jusqu'à ce qu'ils témoignent qu'il n'y a d'autre dieu qu'Allah, et que Mahomet est son prophète, qu'ils fassent la prière et payent la zakaat. S'ils ont témoigné, leur sang et leurs biens seront épargnés par moi, sauf en ce qui concerne les droits qu'a l'Islam sur eux. Et le décompte final est entre les mains d'Allah.'






Et le Hadith rédigé par Muslim :

"Partir le matin ou le soir pour se battre sur le sentier d'Allah est mieux que le monde entier et tout ce qu'il contient."

On trouve des détails sur le Djihad dans les récits d'expéditions militaires du Prophète, y compris ses propres campagnes armées et celles pour lesquelles il en envoya d'autres. Parmi les premières se comptent celles auxquelles il assista lui-même, environ 27 (d'autres disent 29) ; il combattit personnellement dans huit d'entre elles mais sa main noble ne tua qu'une seule personne, à savoir Ubayy ibn Khalaf, dans le combat d'Uhud. Dans les expéditions ultérieures (47 au total), il envoya d'autres personnes au combat, tandis qu'il demeura lui-même à Médine.
  o9.3 Le Djihad est également une obligation (O: personnelle) à chacun (O: apte à le pratiquer, hommes ou femmes, jeunes ou vieux) si l'ennemi a encerclé les musulmans (O: et pénétré de chaque côté de notre territoire, même si le pays n'est que ruines, montagnes ou jungles). Lorsque des non-musulmans pénètrent dans un pays musulman, c'est un événement important auquel il faut répondre énergiquement dans l'effort et le combat afin de les repousser par tous les moyens s'il existe la possibilité (A: vu ce qui précède) de rassembler des hommes, des provisions et un équipement pour la guerre. Si cette possibilité est inexistante, si l'ennemi a maîtrisé les musulmans de sorte qu'ils n'aient plus la possibilité d'accéder aux provisions ou de se préparer à la guerre, quiconque sait qu'il sera tué par un non-musulman après avoir été capturé doit se défendre jusqu'à l'extrême avec tous les moyens possibles. Sans certitude d'être tué, mais seulement emprisonné, il a le choix entre combattre ou se rendre. La femme a également ce choix si elle est certaine qu'elle ne devra pas subir des actes indécents si elle capturée. S'il n'a pas cette certitude, elle est obligée de se battre, la reddition n'étant pas autorisée.
Le troisième cas impliquant le Djihad est lorsque des musulmans sont agressés quelque part dans le monde, ou qu'un pays musulman est occupé par des non-musulmans. Dans l'actualité récente, il peut s'agir de la Palestine, de l'Irak ou de l'Afghanistan, mais également de la Tchétchénie occupée par les Russes, des États du Golfe Persique où stationnent des troupes américaines, du sud des Philippines et de la Thaïlande respectivement occupées par l'État philippin "chrétien" et l'État thaïlandais "bouddhiste". Le Cachemire est occupé par l'État indien "hindouiste", le Kosovo par l'État serbe "chrétien", et bientôt d'autres régions d'Europe ayant une minorité musulmane locale.

Il est du devoir de tout musulman d'accorder son aide "avec tous les moyens possibles". Et c'est ce que prennent à coeur des mouvements comme Al Qaïda dans le monde.

Ils ont sans doute lu les recueils de lois islamiques et aspirent à la grande récompense promise par le verset 4.95 du Coran, Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d'excellence sur ceux qui restent chez eux. Qui peut leur reprocher de suivre à la lettre leur religion comme l'écrivent et l'interprètent les érudits islamiques? L'Islam ne promet-il pas la paix?
o9.14 Lorsqu'un homme adulte est capturé, le calife (O: de l'Islam et des musulmans) décide s'il doit être exécuté, devenir esclave, être libéré sans contrepartie, être utilisé comme rançon ou échangé contre un musulman capturé par l'ennemi.

Si le prisonnier se convertit à l'Islam (O: avant que le calife ait décidé de son sort), il ne peut être exécuté et l'on choisit une des trois autres alternatives.

o9.15 Couper les arbres du territoire ennemi et en détruire les habitations est autorisé dans le Djihad.
Les hommes ont moins de chance. Tout dépend de l'humeur ou des visées tactiques du calife. Dans le pire des cas, le prisonnier est exécuté. Certains musulmans prétendent que les principes de la Convention de Genève étaient déjà appliqués dans les faits par Mahomet. L'exécution de prisonniers masculins et l'utilisation de prisonnières comme esclaves sexuelles est cependant à l'opposé de ce que prévoit la Convention de Genève.

Ici, nous repensons instinctivement au World Trade Center de New York.

ETUDE DE L’ISLAM
Puis on donne quelques versets pour prouver que le Coran préscrit la lutte armée. Mais il y a d'autres versets qui disent la même chose. Plusieurs centaines de versets appellent les croyants à se battre et à convaincre les hésitants. Nous avons retenu les versets suivants pour illustrer le but du Djihad :

2.193. Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S'ils cessent, donc plus d'hostilités, sauf contre les injustes.

8.39. Et combattez-les jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus d'association, et que la religion soit entièrement à Allah. Puis, s'ils cessent (ils seront pardonnés car) Allah observe bien ce qu'ils oeuvrent.

Dès l'instant où Mahomet a commencé sa "mission", apparaissent des « persécutions ». À ses débuts à la Mecque, Mahomet tenait en effet des propos particulièrement agressifs envers les adeptes d'autres religions, qui refusaient de le reconnaître comme Prophète et de se convertir à sa nouvelle religion. Arrivé à Médine, il amorça la facette militaire avec une succession ininterrompue de batailles. Ce qui continue jusqu’à ce jour.

Le verset 2.217 va encore plus loin et dit que: "l'association est plus grave que le meurtre".  L’association veut dire ici nier l’unicité d’Allah.

2.217. Ils t'interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. - Dis : “Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d'Allah est de faire obstacle au sentier d'Allah, d'être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d'expulser de là ses habitants. L'association est plus grave que le meurtre.” Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu'à, s'ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu : ils y demeureront éternellement.

L'une des raisons de cette persécution tient dans l'introduction, par Mahomet, d’une multitude de règles de conduites spécifiques qui ont provoqué une scission de la société - encore d’application à l’heure actuelle - entre musulmans et non-musulmans. Le Coran promet des centaines de fois l'enfer aux non-musulmans, en recourant à des termes très peu diplomatiques, par exemple

8.55. Les pires bêtes, auprès d'Allah, sont ceux qui ont été infidèles (dans le passé) et qui ne croient donc point (actuellement).

Il ne s’agit guère là d’une invitation à cohabiter pacifiquement entre musulmans et non-musulmans. On peut se demander d'où vient l'idée, assez répandue, que l'Islam respecte les autres religions.

Il faut y ajouter la façon agressive dont Mahomet a vociféré face aux partisans d'une autre foi, ce qui fut le germe d'un conflit permanent entre eux.
Notre commentaire




Ce paragraphe parle du Djihad offensif, visant à attaquer un pays non-musulman pour y diffuser l'Islam. C'est une affaire d'hommes adultes.

Dans le cas du Djihad défensif, lorsque les musulmans sont agressés ou leur pays occupé par des non-musulmans, le paragraphe 9.3 précise non seulement que chacun est obligé d'y participer, y compris les femmes et les enfants, mais ne doit même pas recevoir l'autorisation de l'époux ou du père.






Le calife doit donner son accord : il s'agit là d'une considération purement tactique pour éviter que quelqu'un ne parte en guerre sans que le calife y soit parfaitement préparé. Dans le cas de la situation actuelle, il n'existe plus de calife et chacun a droit de mener une expédition militaire, comme l'a fait Al Qaïda.

Cette règle provoque évidemment la plus grande confusion, et suscite même des actes de violence entre musulmans. Le roi d'Arabie Saoudite a sollicité l'aide des États-Unis après l'invasion du Koweït par l'Irak. Les conditions requises étaient remplies, les USA étant un allié bienveillant. Mais Al Qaïda l'envisage sous un autre oeil et affirme que les États-Unis ont un agenda caché et ne sont pas bienveillants envers les musulmans. L'organisme terroriste considère les troupes américaines non-musulmanes comme des troupes d'occupation, qui doivent donc être repoussées "par tous les moyens possibles". Et c'est ainsi que la lutte se poursuit.