wp1f64627c.png
wpa0baa23e.gif
wpe9143178.png
wpedab4848.png
wp1e2da4b2.png
wp0145feba.png
wpae956abf.png

BEWEGING EX-MOSLIMS VAN BELGIË - MOUVEMENT DES EX-MUSULMANS DE BELGIQUE

L'Islam applique un principe très particulier, celui de l'annulation de certains versets du Coran par d'autres ayant été révélés plus tard. On parle en anglais d'abrogation, en Arabe de "nasikh wa mansukh".

Ce principe est décrit au verset 2.106 :

2.106 Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu'Allah est Omnipotent ?

Le terme de "signe" du verset 2.106 se dit en Arabe Ayah, ce qui signifie verset du Coran.

C'est un principe vraiment très singulier. Un livre qui, selon les musulmans, vient directement d'Allah, et qui est valable partout et pour toujours, ne devrait en théorie avoir besoin d'aucune correction. Sauf si l'auteur en est humain.

Les contemporains de Mahomet l'avaient aussi compris et déclarèrent que le prophète inventait des versets. C'est pourquoi Allah lui révéla, en réponse, le verset suivant:

16.101. Quand Nous remplaçons un verset par un autre - et Allah sait mieux ce qu'Il fait descendre - ils disent : “Tu n'es qu'un menteur”. Mais la plupart d'entre eux ne savent pas.

Un exemple d'annulation concerne l'interdiction de la consommation d'alcool, introduite progressivement. Il a d'abord été dit que l'alcool avait de bons et de mauvais côtés, ensuite que l'on ne pouvait boire avant la prière, avant de le bannir complètement. Les musulmans disent également qu'il faut sevrer progressivement les alcooliques – sans quoi on risque de nuire à leur santé – et qu'Allah ne voulait pas provoquer de problèmes sociaux et médicaux en interdisant soudainement l'alcool. D'un autre côté, la polygamie, limitée à quatre femmes et jamais deux sœurs simultanément, a été introduite du jour au lendemain, obligeant les hommes ayant plus de quatre femmes à se séparer du surplus ou à rejeter une des deux sœurs qu'ils avaient préalablement épousées. Ceci a bien entendu provoqué des problèmes sociaux et humains nettement plus sérieux que d'interdire soudainement l'alcool. C'est tout simplement la preuve que l'évolution connue par le Coran est le reflet des tentatives de Mahomet de résoudre les problèmes, par lesdites révélations, au fur et à mesure que ceux-ci se produisaient.

Mais Mahomet avait un problème. Au début de sa carrière prophétique, il occupait une position faible et espérait convaincre tout un chacun par ses belles paroles, mais également par des menaces de l'enfer, sans aucune intimidation physique cependant. Les premières "révélations" en sont le reflet. La Sourate 109 s'adresse aux polythéistes et reconnaît même à chacun le droit de croire en ce qu'il veut.

10 ans plus tard, Mahomet avait conquis le pouvoir militaire et avait besoin d'autres versets. L'un d'entre eux, le fameux verset 9.5, nommé le verset de l'épée, déclare que les polythéistes qui refusent de se convertir doivent être chassés et exécutés. Il annule ainsi tous les autres versets précédents, nettement plus pacifiques et tolérants.

Le verset 2.256, qui déclare qu'il n'y a "Nulle contrainte en religion ! ", et dont la signification pratique est expliquée ici (juifs et chrétiens ne peuvent être convertis de force) voit sa portée réduite par le verset 9.29, qui impose de lever une taxe spéciale envers les juifs et chrétiens soumis à l'autorité islamique en tant que citoyens de second rang. Leur liberté est donc toute relative.

Pour justifier les nouveaux versets, qui étaient en contradiction avec les versets "révélés" précédemment, Mahomet avait besoin du verset 2.106.

Le problème, c'est qu'il n'existe aucune liste des versets annulés, ce qui suscite spéculation et différends. Globalement, les versets plus tolérants ont été annulés par des versets plus militants ; les premiers ont été révélés à l'époque de Mahomet à La Mecque, lorsqu'il avait peu de pouvoir ; les seconds datent de son séjour à Médine, lorsqu'il était un puissant chef militaire. Les Sourates 9 et 5 sont considérées comme les plus tardives.

Nous assistons aujourd'hui à un phénomène similaire à la naissance de l'Islam. Les musulmans qui sont en minorité ou se sentent faibles citent généralement les versets les plus tolérants du Coran, et parviennent ainsi à convaincre et convertir des non-musulmans. Lorsque les musulmans sont en majorité ou se sentent puissants, ils exploitent les versets "plus guerriers", ce qui barre la route à toute forme de tolérance. Nous le constatons dans des pays à majorité musulmane, comme le Pakistan et l'Afghanistan. Le problème est que des musulmans occidentaux, parfois fraîchement convertis, passent progressivement de la conception tolérante à celle plus militante. Il y a un mot pour cela : radicalisation. En pratique, ils abandonnent les versets annulés, plus tolérants, et optent pour le Djihad. On dit en Occident qu'ils appliquent une version plus stricte de l'Islam. Mais c'est en fait une tromperie : ils pratiquent tout simplement l'Islam authentique.


L'annulation des versets du Coran

ETUDE DE L’ISLAM